[Elodie Poulain (ARIADNEXT) – 28/03/2021] Identité numérique et vérification d’identité à distance : les pièces manquantes de l’économie numérique

La pandémie actuelle a rendu plus aigu encore le besoin de solutions d’identification en ligne fiables, répondant aux exigences des régulateurs et des risk managers. Elle a aussi jeté une lumière crue sur le relatif échec du déploiement de solutions d’identité numériques largement diffusées et utilisées à l’échelle européenne, ce malgré l’impulsion donnée par la Commission européenne par le biais du règlement eIDAS.

En effet, aujourd’hui seuls 15 des 27 États membres, comptant pour à peine plus de 50% de la population européenne, offrent une identité numérique et encore celle-ci n’est-elle que rarement utilisable en dehors des services publics. On peut imaginer que le règlement 2019/1157 qui fixe un nouveau standard pour les cartes d’identité européennes sera l’occasion, mais cela prendra du temps. En France, le succès relatif de France Connect ne doit pas masquer les carences de la stratégie française en matière d’identité numérique.

La Commission en est bien consciente et résume parfaitement la situation dans son étude d’impact sur la révision du règlement eIDAS. Elle va donc prendre des mesures pour accélérer le déploiement de l’identité numérique en Europe. C’est un des enjeux majeurs de la révision du règlement eIDAS et de l’initiative EUid qui devrait être annoncée en juin 2021.

Qu’il s’agisse de permettre la délivrance d’une identité numérique à distance, de répondre aux exigences des directives LCB-FT ou à celles du règlement eIDAS concernant l’identification des individus pour la remise d’un certificat qualifié ou d’un recommandé électronique, la vérification d’identité à distance est un service essentiel.

De nombreux fournisseurs de solution proposent des services qui ont vocation à vérifier une identité à distance, reposant sur des technologies qui vont de la simple photo à la vidéo, entièrement automatiques ou au contraire opérées par des humains ou bien encore hybrides. La grande disparité de niveau de garantie de ces solutions ne permet pas d’établir un cadre de confiance unique et freine donc l’adoption de ces solutions. C’est un autre des enjeux majeurs de la révision eIDAS : définir un cadre clair permettant d’évaluer le niveau de garantie des solutions de vérification d’identité à distance de façon homogène et de garantir ainsi leur reconnaissance mutuelle dans tous les Etats membres.

La commission pourra s’appuyer sur de nombreux travaux qui ont été menés sur ce sujet. En particulier, l’ENISA a publié en mars 2021 une excellente analyse sur les méthodes de vérification d’identité à distance. L’ETSI a de son côté constitué un groupe de travail qui a proposé une spécification technique des exigences portant sur l’identification à distance (ETSI TS 119 461). En France l’ANSSI a publié en mars 2021 le référentiel très abouti des exigences portant sur les PVID (Prestataires de vérification d’Identité à Distance).

ARIADNEXT s’est préparée et a même accompagné cette évolution de la vérification d’identité à distance. Notre mission est de soutenir nos clients et de leur apporter les solutions les plus adaptées à leur métiers et à leurs contraintes réglementaires.

Share this post:
Gwendoline LEGROS[Elodie Poulain (ARIADNEXT) – 28/03/2021] Identité numérique et vérification d’identité à distance : les pièces manquantes de l’économie numérique